Il ne faut avoir aucune hésitation !

Florence
« J’ai été directrice d’une agence d’intérim pendant 30 ans. Hervé, lui, travaillait dans les forages pétroliers. On souhaitait monter un projet commun et, en 2016, mon époux lit par hasard un article sur le Kiosque à Pizzas dans Franchise magazine. Ça l’a tout de suite accroché ! Il a pris contact avec Bruno Courcellas et il est allé voir des adhérents ».

 Hervé
« J’ai été séduit par le concept de l’enseigne, l’esthétisme du kiosque, la qualité du produit. Et aussi par l’honnêteté de Bruno Courcellas, la transparence de son discours. Ma décision était prise, mais ma direction n’a pas voulu me lâcher ! Je suis à temps plein dans l’affaire depuis seulement mi-octobre 2019, auparavant je me contentais de donner un coup de main ».

 Florence
« De mon côté, j’avais fait le tour de mon métier. A l’un de mes anniversaires, Hervé m’a fait un cadeau extraordinaire. Alors, je lui ai dit : c’est moi qui vais le monter ton Kiosque à Pizzas ! »

 Hervé
« On voulait ouvrir un kiosque à Orthez, où nous vivons : impossible de s’implanter. C’est un directeur d’Intermarché qui a contacté l’enseigne pour proposer un emplacement à Saint-Sever, dans les Landes, après avoir parlé avec un collègue qui avait un kiosque sur son parking. C’est à 40 minutes en voiture de chez nous, mais on a accepté. Et puis, en juin 2019, on a pu ouvrir notre deuxième point de vente sur Orthez, près d’une nouvelle galerie commerciale. Là, on est à trois minutes de celui-ci ».

 Florence
« On travaille très bien dans les deux kiosques, on connaît une progression tous les mois. On a pu embaucher trois personnes à Saint-Sever et deux à Orthez. Notre objectif, c’est d’avoir cinq kiosques. Bien sûr, ce genre de métier est un investissement professionnel et personnel à 200%. Mais travailler pour soi, c’est que du bonheur ».

 Hervé
« Si on n’a qu’un conseil à donner, c’est d’oser sauter le pas. On avait tout comparé par rapport à d’autres enseignes et on peut vous dire que la disponibilité des fondateurs, la mentalité de l’enseigne, l’esprit de famille du réseau, c’est unique. Il ne faut avoir aucune hésitation ! ».

...
Florence et Hervé Bonnemason, propriétaires de 2 kiosques dans les Landes et les Pyrénées Atlantiques
Lire la suite
Morgan, ancien pâtissier, propriétaire d’un kiosque

« Grâce à l'enseigne, j'ai trouvé ma voie.

Très jeune, je savais que je travaillerai dans l'alimentaire. J'ai passé un BEP de pâtissier, et j'ai travaillé pour différents patrons. Levé à 3h00 du matin, j'étais complètement décalé par rapport à ma famille. Je ne profitais de rien ni de personne. Je ne m'épanouissais pas du tout dans ce travail, et en plus le salaire ne suivait pas. J'ai décidé d'abandonner la pâtisserie, et j'ai entamé toute sorte de petits boulots : « fast-food, chauffeur, usine, etc.. ». Je galerais toujours au niveau salaire ! C'est à ce moment-là que j'ai compris que pour gagner sa vie il fallait être le premier maillon de la chaîne. Puis un jour, j'ai reçu une offre d'emploi, pour être pizzaiolo au kiosque à pizzas de Villeneuve la Guyard. J'hésitais...
Je me suis tourné vers ma mère qui a toujours été de bon conseil. Celle-ci m’a dit : vas-y, essayes au moins, on ne sait jamais, peut être que cela pourra t'ouvrir des portes.

Je me présente donc au Kiosque, et me voilà pris. J'apprends vite, et j'aime le concept. Très vite l'adhérent me fait confiance, et me donne de plus en plus de responsabilités. Au bout de quelques mois, maîtrisant complètement le travail, germe dans mon esprit, l'idée d'ouvrir mon propre Kiosque. Je décide de rentrer en contact avec Mr Hervé Choquel, qui m'a expliqué, conseillé et épaulé, afin de pouvoir me lancer dans l'aventure. Cela fait maintenant bientôt 4 ans que j'ai installé mon Kiosque à pizzas a Eu (76), en haute Normandie et c'est un succès. (La région Île de France étant un peu saturée, pour évoluer, je me suis expatrié).

J'entame les démarches pour en ouvrir un deuxième très bientôt. Je suis très investi, je travaille 7 jours sur 7, et enfin je gagne correctement ma vie, j'ai trouvé ma voie grâce à l'enseigne et aussi à ma mère ! ».

...
Morgan, propriétaire d’1 kiosque
Lire la suite
J’ai acquis un vrai confort de vie

« J’étais dans la restauration depuis près de 15 ans lorsque j’ai découvert le Kiosque à Pizzas. J’avais toujours voulu monter un restaurant et je suis allé au salon de la franchise en 2012. Là, je tombe nez à nez avec le kiosque sur le stand de l’enseigne. J’ai trouvé ça très sympa l’idée de mettre le point de vente sur place !

J’ai tout de suite été accroché par son aspect visuel et le fait que cela rentrait dans mon budget pour devenir adhérent. Par la suite, lorsque j’ai pris contact avec Hervé et Bruno CHOQUEL, j’ai apprécié l’accompagnement, le suivi par des gens sérieux et humains. Ce qui m’a séduit également, c’est que je trouve les pizzas très bonnes. Et là, je vous parle en fin gourmet.

J’ai ouvert mon premier kiosque en 2013. C’était l’été et, très vite, on a été dans le haut du classement national. Ça, c’est le fait que la clientèle est contente à la fois du produit et du service.

Dès le départ, j’avais l’idée de multiplier les créations, ce que j’aurai quasiment réalisé au rythme d’une ouverture tous les ans. Bon, je ne vous cache pas qu’il ne faut pas avoir peur de travailler, c’est un investissement aussi professionnel que personnel au quotidien. Mais j’ai acquis un vrai confort de vie. Projets, vacances : à 36 ans, je fais ce que je veux ! Ce serait à refaire, je le referais.

A ceux qui seraient tentés de vivre cette très belle expérience, je dirais qu’il faut avoir d’abord l’âme d’un entrepreneur, savoir être sur tous les fronts. Mais s’ils sont sérieux, organisés, réguliers, alors ils peuvent foncer ! Ils peuvent réaliser leurs rêves en ayant une situation plus que convenable ! ».

...
Jonathan Debrauwer, 5 kiosques en Indre-et-Loire, 2 en cours dans le Loir-et-Cher
Lire la suite
J’ai gagné en liberté, en autonomie, en sérénité

« J’ai travaillé dans la banque et la finance sur Paris. Je gagnais très bien ma vie, mais je menais une vie de c… La petite cinquantaine venant, j’ai profité d’une réorganisation pour quitter la banque et j’ai repris un bistrot avec un ami. C’était pour moi un rêve, mais c’était trop dur. J’y ai laissé ma santé et je suis tombé gravement malade.

Mon frère étant médecin à Bordeaux, ainsi que toute ma famille, je suis allé là-bas. Rétabli en 2006, je n’avais plus envie de revenir à Paris, plus envie de bistrot ! J’ai revendu mes parts à mon associé et j’ai cherché à me reconvertir. J’envisageais d’acheter une entreprise quand je suis tombé sur Bruno Courcellas qui est un ami d’enfance ! On se voyait bien de temps en temps, mais je ne savais pas trop ce qu’il faisait.

Là, il m’a expliqué et ça m’a tout de suite intéressé. D’abord, l’alimentaire est un secteur qui marchera toujours et le produit est excellent. Ensuite, en projetant dès le départ d’ouvrir plusieurs kiosques, je morcelais le risque : s’il y a un point de vente susceptible de marcher moins bien, les autres peuvent compenser. Enfin, en restauration rapide, on vend les produits avant de les avoir payés ! Sans oublier que le Kiosque à Pizzas est une enseigne mâture, proche de ses adhérents, qui vous fournit tous les outils, tous les process et le reste pour que ça marche. Regardez, moi, je ne connaissais strictement rien à la pizza !

J'ai ouvert mon premier kiosque en 2011, le second en 2012, le troisième en2016 et le dernier en 2017. Les huit premiers mois, ça été du 7 jours sur 7. Maintenant, j’ai 10 salariés et je ne suis sur le terrain que le mardi, les pizzas à 9 € créent de l’affluence.

Cette enseigne permet à des gens en reconversion professionnelle d’avoir une vie très confortable. Et j’ai vraiment gagné en liberté et en sérénité ».

...
Rémi Méné, propriétaire de 4 kiosques en Gironde
Lire la suite
Avec cette enseigne, c’est du gagnant-gagnant

« J’ai sauté le pas après 10 ans passés dans la commercialisation d’automobiles, auprès des particuliers puis des professionnels. J’avais découvert le Kiosque à Pizzas à Egletons en 2014, lors de vacances en Corrèze, et j’avais trouvé le concept sympa.

Quelques mois plus tard, je suis allé au salon de la franchise où j’ai rencontré Murielle et Marc Heullant. J’ai vraiment apprécié le contact avec eux, le fait qu’ils m’incitent à rencontrer des adhérents pour que je me fasse ma propre idée. C’est la seule enseigne du salon dont j’ai eu un bon sentiment.

Outre le contact, j’avais été séduit par le design à l’ancienne du kiosque. Il est original et tient peu de place, ce qui n’implique pas un gros investissement en foncier, en temps de nettoyage, en coût d’entretien. Et puis, la transparence, l’honnêteté, la clarté du discours m’ont déterminé. Avec cette enseigne, c’est du gagnant-gagnant.

Comme on avait envie de se rapprocher de nos familles, ma femme et moi avons formé alors le projet de quitter la Haute-Savoie pour créer un kiosque en Champagne. Une petite année a été nécessaire pour trouver le premier emplacement, négocier avec les propriétaires, déménager. J’ai ouvert en avril 2016 lors de l’Euro de foot. Ne venant pas de la restauration, ça été un peu compliqué de débuter en devant gérer toute cette clientèle, même si on est formé.

J’ai ouvert les deux kiosques suivants en 2018 et 2019. C’était mon idée première de me développer. Plus on grandit, plus on peut négocier facilement, on est intégré dans le tissu local. Aujourd’hui, je songe déjà soit à ouvrir un quatrième kiosque, soit à me diversifier dans une autre activité. Mais pas dans la restauration, je ne retrouverai pas ailleurs les qualités de cette enseigne ».

...
Romaric Van Lancker, 3 kiosques en Champagne
Lire la suite
1
2
3
4
5
6
7
8
9
kap
Un réseau profondément
humain, très attentif à la bonne
marche de votre activité !
Droits d'entrée = 0€
Royalties = 0€
Redevance pub = 0€
Propriétaire à 100%
de votre Kiosque à Pizzas
Gérant indépendant.
Nous ne prenons aucune part
sociale dans votre activité.
Un modèle économique de rêve !